Vous êtes ici : Accueil > ARCHIVES > Année scolaire 2013.14 > Matières > Anglais > Théâtre Anglais > Théâtre en anglais Measure for Measure de William Shakespeare
Publié : 7 avril 2014

Théâtre en anglais Measure for Measure de William Shakespeare

- Les étudiants des Ateliers de Théâtre de Licence II & III du Département d’anglais présentent Mesure pour mesure (Measure for Measure), par William Shakespeare, le vendredi 11 avril à 20h30 dans la salle Thélème. Entrée libre et gratuite.

Théâtre en anglais

JPEG - 137.6 ko
Measure for measure

Measure for Measure de William Shakespeare vendredi 11 avril à 20.30, en salle Thélème à l’université de Tours !

Résumé

Le duc ayant temporairement renoncé à son pouvoir, dans une Vienne débordant de licence sexuelle, son député Angelo entreprend un travail draconien de réformation de mœurs, en commençant par la condamnation à mort du jeune Claudio pour avoir eu des rapports avec sa bien-aimée.

Isabella, la sœur de Claudio, qui est sur le point d’entrer dans un ordre religieux, demande qu’il soit gracié, mais Angelo tombe amoureux d’elle et tente un chantage sexuel.

C’est au duc, déguisé en moine, de trouver la solution : il improvise un scénario selon lequel Claudio est sauvé, tandis que Mariana, l’ancienne fiancée répudiée d’Angelo, prend la place d’Isabella pour coucher avec ce dernier.

Dans la conclusion, la corruption du député est dévoilée publiquement, mais il est finalement pardonné, ainsi que les autres malfaiteurs principaux, et obligé à se marier avec Mariana, alors que le duc lui-même se propose comme mari à Isabella.

Note sur la pièce

Mesure pour mesure (Measure for Measure), est la dernière comédie, dans le sens technique du terme, que Shakespeare a écrite, au moment (1604) où il pratiquait surtout la tragédie.

En effet, on trouve dans cette pièce des tensions fondamentales entre le schéma comique, qui impose notamment le mariage comme but de l’action, et le traitement de ce schéma, qui lui prête des tendances tragiques.

Le résultat est une pièce mélangée qui pose des questions d’interprétation assez insistantes – à la fois pour les critiques et pour les comédiens – pour mériter l’étiquette de « problem comedy » ; ce sont des questions, en plus, qui ont l’air résolument « modernes », d’autant qu’elles concernent la sexualité, le pouvoir, l’hypocrisie et la position de la femme dans la société.

Dans ce sens, Mesure pour mesure est une véritable découverte de notre ère, qui a également appris que cette pièce, négligée pendant des siècles, exerce une fascination spéciale, et troublante, dans le théâtre.